Advertisment DTV Senegal on Android
Advertisment
DTV Actu

L'actualité national et international en continu

C'est un Khalifa Sall très en colère qui s'est confié à la Zik Fm

C'est un Khalifa Sall très en colère qui s'est confié à la Zik Fm. Il ne comprend pas et n'accepte pas la convocation de militants socialistes à la Brigade des affaires générales (Bag) de la Division des investigations criminelles (Dic) suite à une plainte d'Ousmane Tanor Dieng. “J'ai duré dans ce parti et je me suis toujours tu. Depuis le départ, je n'ai pas parlé et pourtant je sais beaucoup de choses. Qu'on ne me pousse pas à parler. Trop c'est trop et on sait qui est qui...”, menace-t-il.

“Qu'on essaie de les (les militants convoqués) sacrifier est une velléité, une vaine tentative. Ce n'est pas possible. Personne ne pourra sacrifier ces militants. Ce qui se passe est une chose inacceptable et regrettable. Je ne comprends pas que pour des questions qui se passent au sein du parti, que l'on ait besoin de traquer des militants, de les mettre devant la police pour des raisons qui sont difficilement acceptables. Ce qui se passe aujourd'hui est un précédent dangereux.

Ces jeunes n'ont rien fait. Ce sont des militants du Parti socialiste qui étaient à une réunion du Parti socialiste. S'il y a des problèmes, il faut avoir le courage de mettre devant leurs responsabilités ceux pour qui ou ceux au nom de qui ces jeunes prétendent parler. Cela veut dire qu'au lieu d'attraire ou de trainer ces jeunes devant la police ou la justice qu'on me demande moi, Khalifa Sall, d'aller répondre parce qu'en vérité ces jeunes parlaient de moi. J'étais dans la salle.

J'ai tout suivi comme tout le monde et j'ai suivi tout ce qui s'est passé avant le 05, pendant le 05 et après le 05. S'il doit y avoir à sanctionner quelqu'un ou à avoir des éléments d'appréciation, qu'on m'appelle à la police ou qu'on porte plainte contre moi. C'est cela qui est responsable, au lieu d'appeler des jeunes camarades qui étaient à la maison du Parti”, soutient le maire de Dakar qui se trouve présentement au Canada où il est élevé au rang de citoyen d'honneur. “Je suis prêt.

S'ils veulent une éclosion de la vérité, qu'on me convoque ou qu'on porte plainte contre moi. L'objectif est clair parce que je lis la presse et on y parle du “fils de Khalifa Sall, du neveu de Khalifa, du chauffeur de Khalifa, etc”. S'ils doivent s'adresser à ces gens-là, qu'ils s'adressent à moi directement. Pourquoi doit-on aller chercher le fils ou le neveu de Khalifa ? Ils n'ont qu'à interpeller Khalifa, chercher à l'entendre, à l'écouter ou à le confondre. C'est cela la bonne décision”, dit-il.

Les Commentaires

Commentaire